Le bon mot de…

André Malraux… Aventurier, écrivain, penseur, homme politique, combattant de la résistance, son idéal de justice et de liberté le pousse rapidement (agé de 25 ans) à participer à la révolution chinoise. Son roman La Condition humaine, tiré de son expérience auprès des révolutionnaires chinois, lui vaut en 1933 le prix Goncourt. Rattaché aux mouvements d’extrême gauche, Malraux dénonce le totalitarisme nazi dans Le Temps du mépris (1936). Durant la guerre d’Espagne, il s’engage aux côtés des républicains contre le fascisme espagnol et dirige l’aviation étrangère. Il témoigne de son engagement dans son roman L’Espoir (1937).

Compagnon du général de Gaulle, il participe au gouvernement en 1945-46 et de 1958 à 1969 il est ministre des Affaires culturelles. Érudit, passionné de psychologie de l’art et d’esthétique, il écrit de nombreux ouvrages de référence à propos de l’art : le Musée imaginaire (1947), la création artistique (1948), la Monnaie de l’absolu (1950), les Voix du silence (1951), le Musée imaginaire de la sculpture mondiale (1952-1954), la Métamorphose des dieux (1957). On lui doit cette définition de l’Art : « On peut aimer que le sens du mot art soit tenter de donner conscience à des hommes de la grandeur qu’ils ignorent en eux ».

Un jour, mon ex beau-père, bourru et maladroit avec les enfants, m’a dit, alors que j’étais en plein coeur d’une adolescence torturée : « quand une étoile meurt, une autre nait… ». Il parlait de Malraux, décédé à 75 ans, le jour même de ma naissance, et cette phrase, elle me suivra jusqu’à la fin de ma vie. C’était la première fois qu’un membre de la gent masculine croyait en moi. J’ai donc décidé de regarder de plus près cette étoile qui m’avait selon lui communiqué sa lumière. Et une phrase, parmi beaucoup d’autres, a retenu mon attention :

« Un homme est la somme de ses actes, de ce qu’il a fait, de ce qu’il peut faire… »

Donc acte.

10 réponses sur “Le bon mot de…”

  1. 13 ans moins 1 jour que toi, je faisais la même chose avec l’assassinat de Kennedy
    et je me suis ensuite beaucoup penchée sur la vie et le destin de Kennedy et de sa famille
    mais dorénavant je vais prendre la phrase de ton beau-père à mon compte :o)

  2. J’aime assez cette phrase…
    C’est plus d’après ce qu’on a fait que par ce qu’on est qu’on se définit… cela dit l’un découle de l’autre 😉

  3. Je comprend enfin pourquoi j’ai toujours la tête dans les étoiles ! Le jour de ma naissance, deux cosmonautes russes ont entrepris un voyage dans l’espace pour aller s’amarrer à une station en orbite ;)))) Mais si c’est drôle :o)

    J’aime ton texte. Il y a des gens comme ça qui un jour croit en nous là où on ne savait même pas qu’il y avait un nous… ça me fait penser à…
    Merci, Plume Vive. Certains jours, on oublie ce qu’on doit à qui.

    Quant à la conclusion… Je vais aller m’acheter du Malraux, moi 🙂

  4. Comment dire ? Alors là, je ne m’attendais pas du tout à ça. Au début, (« c’est mal parti, on est dans un résumé de la vie de Malraux, hein ? Qu’est-ce qu’elle nous fait ?? »), ensuite (« tiens tiens, elle parle de son beau-père, pourquoi pas? ») et puis la chute, bien bien.
    Vraiment, j’aime.

    – si ça ne te dérange pas, pour les impromptus, ça me plaît bien de rebondir… Et c’est surtout- très amusant.

    – C’est marrant ces petits dessins qu’on a, chacun, en face du nom…

  5. Tisseuse, va comprendre les méandres de WordPress ! Et j’avais compris ton premier commentaire 😉 cette phrase est à s’approprier autant que possible…

    Pandora, oui, c’est vrai…

    Millie, à ton service, même si ce n’est pas moi qu’il faut remercier en l’occurence.

    Reine, merci à toi de venir me lire aussi souvent !

    Cacoune, c’est justement ça ! Cette phrase et surtout ce geste ne me quitteront jamais, c’est ce qui fait qu’il aura toujours une place de choix dans mon coeur, même si je suis à peu près sûre qu’aujourd’hui, il ne se souviendrait plus avoir dit ces mots-là… mais ce n’est pas grave, ils sont bien gravés.

    Yibus, pour les impromptus, tu es le bienvenu dans cet espace… je m’étais fait la même réflexion concernant les avatars improvisés par WordPress 😉 concernant mon article, je suis ravie qu’il ait eu cet effet là, ça change !

    Joye, reviens quand tu veux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *