Tag 123.5.5-2

Je sais, c’est facile d’alimenter son blog à l’aide de réponses à des tags… mais quand même, chose promise chose due ! Vous attendiez de pied ferme la suite de ce tag littéraire, je n’allais pas vous laisser sur votre faim… je sais, je suis généreuse…

Donc, une nouvelle fois, je vais partager avec vous un extrait du livre qui trône, non pas sur ma table de chevet, mais dans mon sac de voyage depuis quelque temps (et encore un certain temps, vu les minutes dégagées jusqu’à présent pour me livrer à ce noble art…) :

(avant, je vous rappelle la règle de ce tag : prendre un livre, l’ouvrir à la page 123, aller à la ligne 5 et recopier les 5 lignes qui suivent. Et citer auteur, éditeur et année d’édition de l’ouvrage)

Un jour, on donna une importante réception au consulat de Perse ; c’était pour chacun l’occasion d’exhiber son serviteur, et, par la même occasion, ses aptitudes. Au début, tout alla bien. Castor était juché sur l’épaule de Nathaniel sous l’aspect d’un chérubin grassouillet aux bonnes joues roses ; il avait poussé l’obligeance jusqu’à se vêtir d’une toge assortie à la cravate de son maître.

“L’oeil du Golem”, by Jonathan Stroud, Editions Albin Michel 2004. Titre original : “The golem’s eye”.

J’en suis à la page 99. Depuis dimanche dernier. Autant dire que je suis tout à fait à ma lecture…

6 réponses sur “Tag 123.5.5-2”

  1. Bon, je répoonds à ton tag littéraire, charmante et délicieuse, totalement mère sévère et juste en même temps que poétesse de l’amour, mélangeuse d’images et de mots, bref Plume vive.
    (tout ça pour faire passer que je ne ferai rien sur l’histoire des trophées de blogs, parce que…)

    Le hasard crée parfois des chocs délicieux entre les époques, quand l’écho du passé nous renseigne sur la cacophonie actuelle. Lisons donc ce qu’écrit Daniel Boorstin dans son « histoire des Américains » (collection Bouquins).

    « En ce temps-là le législateur -du moins en Virginie- avait coutume de passer plus de temps à assister aux débats de la Chambre qu’à répondre aux lettres de ses électeurs, à se faire un nom dans les commissions de l’Assemblée ou à rechercher des emplois pour ses fidèles partisans ».

    L’auteur parle des représentants de la Virginie au 18ème siècle, de ces aristocrates dont seront issus une bonne poignée de présidents américains.

    Les choses changent. Good.

  2. oui c’est facile d’alimenter ton blog en répondant à des tags!
    surtout qu’en fait tu le lis même pas ce livre puisqu’il végète dans ton sac depuis une semaine!

    Yibus t’as le temps de lire toi ?

  3. @ homeo : non, pas vraiment. J’ai lu « sur la plage de Chesil » de Ian McEwan, excellent petit livre. Et les nouvelles d’Anne Brochet, de très beaux et fins portraits de femme.
    Non, je ne prends pas le temps de lire, je regarde le basket à la télé, je parcours le Washington Post, je lis des magazines people, le blog prend pas mal de temps, la lecture d’Internet aussi… ET quelques moments d’écriture entre les tranches. C’est tout.

    @ plume vive : hum, page 99, ça sent le sapin… Pas sûr que tu atteignes la page 100 un jour. Tu finis toujours les bouquins que tu commences ?

  4. Ta description me va à merveille Yibus ! merci pour ta contribution.

    Homéo, c’est vrai. Mais en même temps, j’ai pas le temps…

    Cacoune, je te laisse deviner… 502 pourrait t’y aider, d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *