Je viens d’aller voir…

Le Tour du Monde en 80 jours, mise en scène de S. Azzopardi

Ok, soyons honnêtes, je ne « viens » pas d’aller le voir, non… J’ai assisté à cette représentation il y a bien… ouh la la… au moins… (j’attends qu’on me souffle dans l’oreillette)… plus que ça même… (alors ça vient ?)… je dirais même encore plus que ça… (ça traine, ça traine)… un samedi (me dit-on)… du mois de janvier vraisemblablement… le… 10 ! C’est important ? Non, pas vraiment, mais j’avais pas d’idée pour l’intro de mon article !

Tout ça c’est de la faute de mon chéri. Il m’a fait une surprise. J’ai horreur des surprises. Et j’ai horreur des cadeaux. Alors le mardi qui précédait, il  a voulu m’en parler, et s’est finalement contenté de me dire qu’on sortait le samedi soir qui suivait. Tiraillée entre mon envie de ne pas avoir de surprise et les reproches qui me démangeaient pour l’attention (fermez-là, vous savez pas ce que c’est), j’ai décidé de ne rien dire. Du tout. Finalement, il sait assez bien me prendre cet homme-là. On s’est gelés devant le Café de la Gare, après une longue balade dans le quartier. Il avait heureusement réservé les billets et nous sommes arrivés assez tôt devant le théâtre pour pouvoir faire la queue aux deux files (d’un pratique, une pour les billets, l’autre pour entrer) et voir s’amasser le monde derrière nous. A l’ouverture des portes, nous n’avons pas trainé et nous sommes installés au deuxième rang, face à la scène. Une place de choix.

En bref : Vous connaissez tous l’histoire… mais si… rappelez-vous, en 1872, le very british Phileas Fogg et son nain de Passepartout, français jusqu’au bout de sa râlerie, se lancent dans une aventure insensée suite à un pari stupide : faire le tour du monde en 80 jours ! Un road-play de folie, qui les font rencontrer une princesse Indienne, un chinois fumeur d’opium,  une multitude de consuls clônés, Jack le plus grand looser de l’Ouest, tout en étant pourchassé par l’inspecteur de police le plus nul de toutes les séries allemandes. Mais nous tremblons tous… Fogg gagnera-t-il son pari ? Et surtout, obtiendra-t-il le tarif 12-25 ans pour ses nombreux déplacements ?

Le petit plus : J’ai adoré ! Y’a plein de petits plus ! Ca démarre sur les chapeaux de roue et on arrête pas une seconde. J’ai beaucoup aimé le fait que chaque acteur ait plusieurs personnages, le côté complètement déjanté, notamment dans les chansons, remarquablement vivantes. Le top, c’est que l’histoire est bien là, ceux qui l’ont lue reconnaîtront le déroulement sans problème et si vous avez un peu d’humour, vous serez emportés par les clins d’oeil tantôt grivois, tantôt culturels, qui émaillent ce spectacle au rythme effréné. J’ai eu un faible pour l’un des comédiens, mais je ne vous dirai pas lequel, puisqu’ils tournent apparemment… Ils agrémentent leur pièce avec un soupçon d’actualité, des références à des personnages bien connus (dont on se souvient avec tendresse) et font participer le public de manière fort agréable. Pour finir, le jeu des comédiens est exceptionnel…

Le petit moins : Le froid. Dehors. Bon, ok, rien à voir. Sérieusement, j’ai ri toute la soirée, j’ai vu mon chéri sourire voire pouffer (!) de temps à autre (incroyable), je n’ai rien à reprocher à ce moment de haut divertissement. Si ce n’est qu’il m’a tellement fait d’effet qu’il y a eu des répercussions dans tout mon corps. Mais cet aspect-là, j’en parlerai ailleurs. Et pas dans ce lieu…

9 réponses sur “Je viens d’aller voir…”

  1. Naaan, mais c’est pas juste, forcément si on compare nos rires je suis une tombe… je ris discrètement, voilà. Non mais.
    Cela dit, je plussoie à fond, excellent spectacle qui défile à cent à l’heure, excellents comédiens qui s’amusent autant que le public malgré la 1352e représentation et dont les répliques, calembours lamentables et anachronismes divers font régulièrement mouche, ça mérite amplement la pneumonie préalable.

  2. Ça avait l’air bien 🙂
    @ Plume , attends tu ne sais pas par où il passe pour te bouffer le cerveau 😉
    @Yo ah ! Un revenant ! (ben quoi j’ai pas le droit de tenter ma chance moi aussi ? )

  3. « Le tour du monde en 80 jours » ; c’est un des premiers livres que j’ai lu sans que l’on ne m’oblige à le faire ! Et même si aujourd’hui je lis énormément, à l’époque c’était pas une activité qui me passionnait.

  4. J’aime ton humour!
    ta fin d’acrostiche vient de paraître chez moi. Merci, elle me « parle » particulièrement. Je travaille cet aprèm mais reviendrai te lire.
    Hélène

  5. Homéo, finement remarqué !

    Christophe, la pièce de théâtre est tout aussi intéressante…

    Hélène, bienvenue dans ces pages, et merci d’avoir publié…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *