Ami lecteur du soir, bien le bonsoir !

Tu te demandais où j’avais bien pu passer hein ? Ben figure-toi qu’à l’inverse de toi, moi j’ai une vie, une vraie, même que c’est souvent une  vie de merde (ah ça te parle plus là déjà hein ?) et que ben par le fait, elle me laisse pas trop de temps pour raconter des conneries sur elle dans ce blog que personne ne lit (à part vous bande d’ignares).

Mais quand même, tu vois, j’ai passé d’excellents moments ces derniers jours, alors je voulais t’en faire profiter, lecteur, pardon, ami, pour égayer ta real life à toi qu’elle existe même pas et que tu pleureras tellement tu baveras devant la mienne qu’est super kiffante de la mort qui tue (quoi ? t’es encore là ? même pas terrassé par l’apnée de mots et tournures complètement nazes que tu viens de te faire en lisant mes fadaises ? pétard, t’es un coriace toi…)

On va commencer par vendredi, jour où j’ai récupéré ma marmaille, trois terreurs avec un zguègue entre les jambes, des concentrés de tendresse avec un potentiel d’âneries d’environ 250/minute (oué, carrément correct chuis d’accord), bourrés de talent et d’énergie vitale à dévitaliser n’importe quel adulte encore conscient à trois mètres. Sauf moi. Leur mère (accent juif à faire pleurer les acteurs de la Vérité si j’mens). Increvable, c’est moi (tu peux aussi m’appeler tigresse, mais en d’autres circonstances steuplé).

On a donc démarré le week-end sur les chapeaux de roue avec les morpions, en regardant… roulement de tambours… tadadadadadadadadada… Fort Boyard (je n’ai pas de cuvette à disposition pour ton vomi, tu seras gentil d’enlever ta pompe pour te soulager dedans -et si y’a pas la place, tu rent’chez toi, j’viens de laver moi). Bon, ok… les deux petits se sont endormis à 20h40, même pas drôle, et le grand qui en avait marre que sa SMIP de mère regarde son ordinateur de malheur a zappé seul en soupirant d’aise lorsque le fort est apparu. J’ai donc à mon tour soupiré d’aise me disant que j’avais deux bonnes heures devant moi pour pondre un max de notes et d’histoires à coucher dehors ou à coucher tout court.

Et là où je me suis dit que quand même, j’étais une vraie mine de têtes bien pleines, c’est quand mon rejeton a trouvé avant tout le monde la réponse à l’énigme qui permettait de rentrer chercher les boyards… Il y avait quatre indice au total, il a trouvé au bout de trois, alors que l’équipe de choc en place ramait encore avec le quatrième ! Tiens, je te donne les indices, tu pourras étaler ta science (ou pas) : coup – dents – chasseur – clapier… ok, avec le quatrième, trop facile, mais t’es tellement nul que franchement…

Ce week-end, on s’est super éclatés avec les gamins… on a joué quasiment tout le temps, sauf l’intermède glacial au foot du grand, samedi après-midi, (oué je te raconte ma vie, et alors ? t’es toujours en train de lire si je suis bien, non ?) après lequel on est tous rentrés glaçonnés dans nos maisons. Foutu mistral apporteur de soleil, il a gelé les miches de tout le monde ! Bref, on a joué donc, beaucoup, et même pas toujours à la même chose. Ah, j’t’en bouche un coin là hein ? T’étais sûr que j’étais indigne jusqu’au bout et que je collerais mes mômes devant la télé pour être tranquille avec mes amants virtuels ou que je les enverrais se glaçonner encore plus dehors, puisque comme tout le monde le sait, la cryogénisation arrête les fonctions vitales sans les abîmer et surtout, est totalement réversible ! Ben tiens, dans ton … passons.

Oui je sais, je suis bête. Des fois. Parce que faut quand même pas pousser hein, chuis une fille brillante dans l’ensemble. Et une mère exceptionnelle (tiens-le toi pour dit). Avant de continuer, je voudrais juste t’avertir : j’ai un but dans la vie. Celui de rendre mes enfants les plus geek-no life possible. Le décor est planté…

photo-375

Tu reconnais là ? Allez, arrête, fais pas ton timide, dis que tu reconnais ! T’as le droit de jouer à des jeux vidéo d’ado attardé même si t’as 40 balais, y’a pas de souci ! (pétard t’as 40 balaiiiiis !? mierda, j’ai des vieux qui viennent me lire ! -part pleurer-). Regarde, je t’aide à faire ton coming-out : ce jeu, c’est le mien ! Je l’ai acheté moi même, toute seule, pour moi même, toute seule. Bon ok, là, c’est pas moi qui joue (le petit sens interdit aurait dû te mettre sur la voie quand même), mais c’est mon Need for Speed Pursuit Infernal II. Et je le kiffe trop celui-là. Même que j’ai tellement joué à ça enceinte de n°3 que…

photo-367

Vi, c’est bien lui, capable à même pas trois ans de boucler une course du jeu en prenant tout plein de raccourcis. Quoi ? Ah non ! J’ai même pas honte… tu te souviens déjà plus de mon but ultime IRL ? Tu veux que je sorte le gourdin ? (non Yo, calme toi mon lapin, je parle pas de « ton » gourdin… encore un peu de patience, quoi). Non, pas la peine, tu t’souviens maintenant ? cool…

Mais attention hein, je suis une mère digne dans mon indignité. Je varie les plaisirs… si, si. Voici donc le jeu PC que mes gamins affectionnent en ce moment (surtout les grands, parce que faut pas déconner, mon petit est pas surdoué malgré ce que vous pouviez penser -fils de Plume Vive, PS2 précoce, toussa toussa- non, non, c’est un mioche normal de pas trois ans qui paume au bout de dix briques cassées et qui s’énerve, en plus) :

photo-371

Super-Casse-Brique-Chais plus combien ! Sérieux, ce jeu déchire tout, c’est vrai… même moi quand j’m’y colle, j’y reste des plombes (parce que moi chuis super douée, par contre) et j’éclate tous les scores…

Et comme, quand même, je ne veux pas que mes fils soient des geek-no life analphabètes, dès qu’ils savent lire (vers 12 ans environ), je les colle à ce jeux de lettres (que certains connaîtront déjà, heureux veinards chanceux) qui explose tout sur son passage, j’ai nommé, Popotamo. Enfin non, c’est pas moi qui l’ai nommé, parce que sinon je lui aurais pas collé un nom aussi ridicule, mais voilà, c’est comme ça que ça s’appelle. Je le conseille à tout amateur de Scrabble ou de jeux de lettres en général.

photo-366

Mon grand s’éclate de partie en partie, s’améliore drôlement question placement des mots, astuces pour gagner des points et, le compétiteur dans l’âme qu’il est s’oblige à se surpasser chaque fois (ah oui ? je t’ai pas dit que c’était un génie ? ah bon ? Tiens… ça a dû m’échapper…)

Sinon, le week-end s’est déroulé à base de ça :

photo-376

Vous ne rêvez pas. Ce sont bien trois gluants collés au pyjama informe de leur mère… entre câlin et jeu, j’y ai eu droit tout le temps. J’ai A-DO-RE (ah, tiens, la malédiction est terminée).

Sinon, hier soir, comme un ver pourrit une pomme, l’envie de louer un DVD pour le mater en comité restreint mère-fils m’a piquée… on a dégoté ça, au vidéo-club :

C’est trop purement super mega de la bombe de balle ce film ! Quoi ? j’en fais trop ? hum… pardon (se redresse et réajuste sa chemise de nuit) (quoi ? oui, parfaitement, je suis en chemise de nuit à 21 heures un dimanche soir, et alors ? ça te pose un problème ? l’enlever ? oui, bon, euh… attends que je finisse cet article d’abord). Sérieux, ce film est un petit bijou de clichés, courses automobiles, histoires sans surprise et décors loufoques, alimenté par des acteurs que j’aime beaucoup et des dialogues très sympas. Quelques touches d’atmosphère particulière, mouchetée de clins d’oeil aux années 20/30, 50/60, de chorégraphies d’art martiaux bien huilées et de race qui décoiffent un chauve. Mise en garde importante : enfant de plus de 10 ans s’abstenir. Pour moi, c’était parfait, j’ai ri, crié, encouragé, vibré, bref, je suis fan (et le fait que je sois une mordue de sports mécaniques et des vrombissements en tout genre n’a rien à voir là-dedans… si, quand même un peu, sûrement). Il me le faut au plus vite, d’ailleurs. Mes enfants ont grave accroché eux aussi, et ce matin, au revisionnage (tradition familiale, comme le reste de pizza au petit déj’), ben c’était encore meilleur car ils ont pigé le concept du flash-back… d’enfer.

Donc tu l’auras compris, nous aurons passé, en dehors du couscous dégusté ce midi, du match de foot et de la révision de trompette, ainsi que des devoirs classiques et les histoires du soir, un week-end exclusivement « écran » et des fois, ben, c’est tout juste bon. Si, si.

9 réponses sur “Ami lecteur du soir, bien le bonsoir !”

  1. uah, moi quasi tout pareil que toi mais dimanche sejour aux urgences pédiatriques parce que junior s’est (encore) mangé la table basse et que j’ai regardé le dernier Batman dimanche soir!

  2. Alors :

    de 1 : contente que t’ai retrouvé ta plume affutée
    de 2 : j’aurais trouvé l’énigme du Fort vu que j’ai un poilu à quatre pattes qui squatte chez moi
    de 3 : je suis pas très jeux vidéos hormis les vieux trucs des années 80 (donc je m’éclate aussi sur les casse briques, tétris et consorts). Et mes neveux me battent sur des jeux plus compliqués (la honte).
    de 4 : pas envie de voir « speed racer » même si j’aime les frères Wachowski. Parait que ça donne envie de vômir (au propre comme au figuré).
    de 5 : je fais partie du lectorat des 40 ans (dans quelques semaines) et alors ? Je t’em… prie c’est plus élégant :).

    et pas de 6 parce que j’aime pas ce chiffre.

    de 7 donc : j’ai bien rigolé.

  3. (rire) tant mieux !

    (et je comprends pour speed racer, j’ai lu des choses pas cool sur le sujet effectivement… mais je les trouve durs, les critiques, moi j’ai vraiment aimé, j’en ai pris plein les yeux (et je savais même pas que c’était d’eux !)

  4. +1 pour Speed Racer. Je l’ai visionné en DVD et regretté a la fin de ne pas etre allé au cinoche.
    Sinon, content de te (re)voir en verve après ce petit passage à vide Plume.

  5. ch’uis définitivement trop vieille pour comprendre cette amouuuuuuur pour les jeux vidéos surtout lorsqu’ils ont comme thème les courses de voitures !!!
    j’ai interdit NFS pour des raisons de nerfs à fleur de peau lorsque les enfants jouaient, oui je sais je suis une vieille chieuse mais je m’en fous 😉
    sinon aujourd’hui j’ai eu le temps de lire et je vais voir si j’ai un pouvoir magique aussi :

    j’ai A-DO-RE ton billet

    pfff j’ai pas de pouvoirs, ch’uis vieille et nulle 🙁

  6. (rire) Homéo ! Oué, vieille et nulle, rien que ça… Merci d’être repassée 😉

    Chagas, merci à toi de continuer à me suivre

    Millie, ravie de voir que je ne suis pas la seule à subir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *