Je viens de finir…

Chroniques de San Francisco, vol. 1, Armistead Maupin

Dans un précédent article, je vous ai parlé de ma longue descente aux enfers concernant la lecture. Embourbée dans une vie de devoirs que l’on m’a imposée et que j’ai acceptée sans trop de résistance pour préserver mes acquis, c’est un des premiers loisirs que j’avais abandonnés, avec l’écriture, et celui qui est le plus difficile à me réapproprier, bizarrement. Mais je ne me laisse pas faire, je suis têtue (on se tait dans le fond) et on m’aide bien, à l’occasion, en me mettant dans les mains ce genre de livres, bouquin que j’ai dévoré en deux jours (ça fait une éternité que ça ne m’était pas arrivé).

En bref : Fin des années 70, une fille de province découvre la grande ville qu’est San Francisco, ainsi que ses us et coutumes, faune et habitants. Elle intègre une résidence des plus mystérieuses et libérées. D’autres personnages sont dépeints, se lient et se délient au gré du hasard et le résultat est plutôt réussi, des chroniques humaines, plausibles et attachantes. On se reconnait dans au moins deux des protagonistes, assuré.

Le plus : La diversité des personnages, les traits de caractère remarquablement bien décrits, les rapprochements plutôt bien trouvés, une intrigue simple et efficace. Un tout qui se lit vitesse grand V, parce qu’on veut savoir pourquoi il a couché, pourquoi elle revient, comment elle lui dira, s’il cèdera finalement… ces chroniques font appel à notre sensibilité d’Homme mais aussi et surtout, à notre perfide curiosité qui nous pousse à vouloir tout savoir. Mes préférences ? J’aime beaucoup le chef d’entreprise, sa fille, Mickael… et Jon.

Le moins : la caricature des personnages pêche un peu parfois, même si ça donne le sourire à la lecture pour quelques uns. Et surtout, surtout, la perte de… bref… je ne peux pas dévoiler une partie de l’intrigue, mais sachez que ça m’a mise hors de moi ! Nous avions de grandes choses à découvrir par son intermédiaire ! Sinon, la personne par laquelle on découvre les lieux, Mary Ann Prout Singleton m’agace au plus haut point aussi, heureusement que le livre se tourne de plus en plus vers les autres dès la fin du premier tiers.

8 réponses sur “Je viens de finir…”

  1. Ah les Chroniques ! L’écriture, un peu délayée certes, mais ce n’est pas étonnant quand on considère qu’au départ Maupin écrivait celles-ci pour le San Francisco Chronicle. Les vignettes restent légères et agréables à lire toutefois. Un plaisir de lecture. Les personnages sont attachants (Michaël ou Anna Madrigal). Mary Ann m’énervait aussi au départ, pourtant son personnage évolue… mais chut, je ne t’en dis pas plus car il te reste encore 6 tomes à découvrir.

  2. J’ai beaucoup aimé même si j’ai trouvé les volumes suivants moins bons… par contre, ça fait tellement longtemps qu’il ne me reste qu’une impression de bon moment à la lecture, impossible de me rappeler du moindre personnage…
    Au fait, c’était quoi le prénom d’Alzheimer ? 😉

    1. ah ah, bonne question… très honnêtement, vu la rapidité avec laquelle j’ai lu le bouquin, je ne suis pas non plus sûre de m’en souvenir plus tard… rendez-vous dans dix ans ?

  3. Si vous m’en croyez, lisez toute la série, c’est très chouette. Vous verrez, on se laisse prendre par ces vies emmêlées. Si vous le faites, donnez m’en des nouvelles !

    1. Déjà, rien que le premier tome est prenant, se lisant très vite, il donne juste envie de continuer ! Ce que je vais faire avec un billet pour chaque tome terminé, cela va de soi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *