La brève du vendredi (dont tout le monde se fout mais quand même)

Pour une fois, je vais la faire brève. Le papier ci-dessus, y’en aurait pas eu assez de mille hier pour me calmer… en colère contre tout le monde et personne à la fois, en colère contre la terre entière, l’autre, moi. Pour résumer… en colère.

L’inconvénient dans ces moments-là (et qu’on a le nez dans le guidon), c’est que lorsque l’on est pas seul((e)s), tout ceux qui sont a proximité paient. Même les enfants. Autant vous dire que la liste SMIP d’hier était des mots tendres comparés à ceux du jour.

Ajoutez à cela la mini-déprime de n°1 à l’approche du week-end avec son père, plus le fait que cet enfoiré se permette de ne pas répondre quand ils appellent, la coupe est pleine.

A lundi, pour un impromptu doux et poétique…

23 réponses sur “La brève du vendredi (dont tout le monde se fout mais quand même)”

  1. Si tu veux j’ai un dos bien large qui prends les coups bien comme il faut.
    Moi je fais le même truc que dans Lilo et Stitch, je prends l’oreiller, je le pose sur mon visage et je hurle.
    Le truc aussi quand je suis tout seul, c’est que je parle a haute voix, et je dis tout ce que je peux pas dire en face (insultes comprises).
    Mais mon psy me dit que c’est aussi parce que je suis fou

    1. Merci mon choupinet, toujours là quand il faut…

      Je fais pareil que toi, pour les mots à haute voix, même que je suis pas seule (autant te dire que j’en parle même pas à un psy)

  2. Tu serais pas en colère toi, par hasard ?
    J’ai planché sur ta demande. Ca paraîtra mardi. Bon, j’ai légèrement modifié la règle. 😀

  3. Ton « bon » m’a amusée : je n’avais rien écrit dessus mais j’avais appris à mes enfants à calmer leurs colères ainsi.
    Ils pouvaient opter aussi pour les coups de poing dans les oreillers.
    Quant à moi (histoire ancienne), j’utilisais la hâche sur le bois. Salvateur au possible.
    Oui, ça fait un bien fou de vider et parfois, de simples mots suffisent pour aller bien (surtout quand ils sont adressés au bon destinataire ! :-p ).

    1. C’est là toute la difficulté ! Pouvoir dire au(x) concerné(s) ce qui nous met dans un tel état ! hélas, c’est rarement possible (et dans mon cas, sans conséquence pour mes enfants)

  4. Lire un samedi un billet de colère du vendredi: on se dit que quelques feuilles froissées auront su en venir à bout. Et puis après-demain, c’est les Impromptus. Tiens bon!

  5. Dans ces moments là, j’aimerais bien avoir une batterie avec plein de cymbales, de tambours etc… et taper très fort!!!
    Bon…
    Un doux dimanche soir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *