La brève du vendredi (dont tout le monde se fout mais quand même)

Trois émotions autour d’un même thème, scènes de la vraie vie, sur deux jours :

Episode n°1 – La honte maternelle- 6 ans

(en milieu de matinée dans le métro parisien)

– ben là, on prend le RER après et puis on va faire l’anniversaire de… oh pétard ! mon chéri ! c’est ton anniversaire aujourd’hui !

(la mère se retourne vers son compagnon qui se moque éhontément)

– oh, je suis désolée, avec tout ce remue-ménage pour la surprise, j’ai complètement zappé !

(visage malicieux de l’intéressé, gêné par la présence du monde autour, quand même)

– bon anniversaire mon grand garçon, 6 ans aujourd’hui, dis donc !

(approche son fils pour lui faire un énorme câlin, autant pour se faire pardonner que  pour le féliciter)

– hé bé, que de péripéties pour cette journée importante n’est ce pas ? ce soir, on prend rendez-vous pour après la surprise : un dîner, un gâteau et plein de cadeaux ! ok ?

(sourire géant du coquin, avec sautage au cou dans les règles)

Episode n°2 – La surprise  non feinte – 60 ans

(en début d’après midi dans un petit pavillon de banlieue)

– non, va plus dans le fond, on te voit de l’entrée là, oui, comme ça, c’est parfait. Allez, tout le monde se serre et retient sa respiration !

(rire général)

– on a trente secondes, elle arrive !

– chut, taisez-vous, plus un bruit !

(bruit de serrure et porte qui s’ouvre)

– surpriiiise !

(visage effaré de l’intéressée devant ses fils et la belle-fille)

– surpriiiiiiiiiiise !

(visage plus qu’effaré de l’intéressée devant tous les amis et le reste de la famille)

Episode n°3 – La spontanéité enfantine – 37 ans

(le soir dans une petite ville de province)

– allez, maman, s’il te plait, le téléphone !

– ok, bouge pas, je compose le numéro…

(sonnerie, puis décrochage, voix masculine et lointaine qui répond)

– papa ? papa ? bon anniversaire papa !

(le coeur de la maman se serre, les yeux s’embuent, putain d’ambivalence à la con… le bonheur d’assister à la joie de ses enfants et l’aigreur de se dire qu’il ne les mérite toujours pas…)

Et juste pour pas faire couleur locale :

… parce que vous le savez pas encore, mais on en est qu’au début !

6 réponses sur “La brève du vendredi (dont tout le monde se fout mais quand même)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *