La brève du vendredi (dont tout le monde se fout mais quand même)

Voilà, dernière ligne droite avant les festivités ! Déjà, il faut savoir que j’adooooooore noël… et toutes les fêtes en général. Mais noël a ce petit charme particulier, ce petit truc en plus qui fait la différence. Je me mets donc en quatre pour cette fête, commerciale certes, mais pas que.

Juste avant de réveillonner en famille, on va passer quelques jours dans le grand froid français, j’ai nommée la Franche Comté, magnifique région hivernale s’il en est, et faire le plein d’italianisme et de famille adorée. De retour, il sera temps de festoyer comme il se doit, puis d’ouvrir les cadeaux le lendemain…

J’espère que vous profiterez vous aussi de cette fête et que vous avez tous, même caché loin tout au fond, quelque part, un petit esprit de noël… Je vous souhaite plein de bougies, de bons petits plats, de ruban et de papier, d’étoiles dans les yeux et de bonnes surprises !

Je vous souhaite un Joyeux Noël !

La brève (trèèèèès tardive) du vendredi (dont tout le monde se fout mais quand même)

Voilà, ici, on fait le sapin autour du 10, hier, on était le 11, alors… fallait vraiment faire le sapin ! Surtout que ça fait une semaine qu’il attendait sur la terrasse et que ça ne lui a pas fait que du bien… quand je l’ai déployé, la moitié de ses épines se sont ramassées au sol. Enfin, il est quand même sur pied, j’ai réussi à le caler, j’ai trié les décos pour rester dans mon trip de l’année : les étoiles.

et la lumière

et les étoiles

La décoration s’est très bien passée. La suite en revanche. Vous n’avez pas oublié que j’ai deux félines hystériques à la maison et qu’un chat, ça adoooore les sapins. Ben là… ça n’a pas loupé ! Dès qu’on l’a mis dans  la maison, la rousse avait déjà grimpé au sommet. Que dire une fois que toutes les décos étaient posées sur le sapin, ma belle guirlande blanche… stoppée net dans son illumination par des petits crocs acérés.

Cette conne de chatte (ouh, ça c’est joli…) a commencé à s’attaquer à tout ce qui pendait : boules, étoiles, guirlandes, branches… j’ai du harnacher le sapin au meuble télé juste à côté pour éviter de le retrouver par terre un de ces quatre. Bref… mon sapin est fait et ne ressemble déjà plus à rien. On s’en fout, c’est pas les cadeaux qui comptent ? (on se rassure comme on peut.)

L'impromtu du lundi

J’ai cru pouvoir dépasser les limites de l’entendement sans perdre ma dignité, j’ai cru être capable d’atteindre les plus hauts cieux sans brûler mes ailes, j’ai cru toucher du doigt la vérité belle et inaccessible, d’un autre monde. J’ai tant souhaité teinté les autres de ma différence, faire de ma philosophie une doctrine à suivre, prêter mon regard pour une vie meilleure.

J’ai douloureusement pris conscience de mon humanité, intégré à quel point je pouvais être dépourvu de talent caché, conceptualisé mes hypothétiques dons en médiocres qualités. J’ai déchanté de me savoir à la merci de l’autre, me suis rongé les sangs de souffrir ainsi, flagellé de ne pouvoir mettre un terme à cette mascarade.

La vie sera mon châtiment. Les jours qui passent me verront courber l’échine, lever le regard les jours volontaires, grogner quelques secondes quand le soleil me chatouillera l’orgueil. La vie sera ma punition. Les années qui défilent cristalliseront mon désaveu de rendre les miens heureux, la lâcheté de mon renoncement à toute autre forme d’existence.

Je sais pertinemment que de ce fait, je vous lie à jamais à cette peine, c’est la faible lumière qui éclaire mes choix. La sécurité de ne pas être seul sur le chemin, de toujours imaginer ce que j’ai créé dans le sillon de mes pas. La garantie de ne pas vivre ce purgatoire sans un peu d’amour, même lointain, même imaginaire, même usurpé.

Pardonne-moi.

consigne

Note pour plus tard

Ne pas mettre de nappe sur sa table quand il y a deux chats hystériques possédés par le diable dans la maison.

parker lewis

Sinon, comment ne être obligée de ramasser l’essuie-tout tombé pour l’occasion, mais surtout, déroulé et déchiqueté partout dans la pièce à vivre ? (quand c’est pas la carafe d’eau ou le dessous de plat…)