Mon impromptu de la semaine

Cinq ans que je ne les ai pas touchés. Cinq ans qu’ils ont fermé la porte de ma sérénité. Cinq ans que je tiens à la force de mon abnégation, au supplice de ma peine. Cinq années volées au désarroi de les voir chaque jour s’étioler un peu plus. Cinq années endurées à la sueur de mes égards injustement appréciés. Cinq années qui ont creusé le fossé qui nous sépare et la fosse qui nous attend. Cinq années que je fête leur départ comme on ponctue un deuil qui ne veut pas se faire. Mes rêves…

consigne

Mon pêle mêle du vendredi (parce que j'ai envie)

Hello les p’tits clous, je fais une brève apparition… Vous ne rêvez pas, c’est bien une jeune femme (élève ? maitresse ? allez, pour les besoins du scenario, disons élève…) devant un tableau d’école et en tenue plutôt décontractée que vous pouvez apercevoir en guise d’entrée en matière. Alors, si je me damnerais pour avoir ses jambes, j’ai l’immense honneur de vous apprendre que j’ai au moins son statut. Vi, vi, j’ai repris des cours, pour passer un examen en fin d’année scolaire, donc cinq mois d’études intensives (français, anglais, histoire et géographie). Enfin, en théorie.

Ben oui, j’ai acheté tous mes bouquins (déjà pas mal à la bourre), j’ai renvoyé mon énième dossier final à l’université (là, carrément complètement à la bourre) et j’ai acheté les quatre fournitures qu’il me fallait pour mener à bien ma nouvelle lubie. Mais bon, voilà quoi. J’y arrive pas. C ‘est horrible ! Je suis toujours ultra motivée le soir, quand je me couche, genre « ouéééé, demain, j’attaque l’anglais, j’lui fais sa fête à la première leçon, hé hé ». Et pis le matin, ben ça donne ça : « grmlgffff, il est déjà l’heure de se lever ? Quoi !? On est en retard !? Put@in de berdol di mierda ! » etc…  et toute la journée, j’en touche pas une. Enfin si, je touche plein de trucs, mais pas mes bouquins.

Non, à la place, je préfère tenir mon netvibes à jour, envoyer des mails où je raconte des trucs cochons à mes soupirants et hautement intelligents à mon lapin, commander tout plein de meubles et décorations et rideaux pour ma maison (et une paire de chaussures, mais chuuuuut), tailler le bout de gras et refaire le monde avec la moitié des parents de l’école, avoir une activité facebook qui avoisine les 88% et pour terminer… dormir. Ah non, j’ai pas fini, ce que j’aime aussi, c’est découvrir ça :

et m’en délecter. Me perdre une nouvelle fois dans ceci :

et maudire les journées qui ne font que 24 heures (mon fils attend après moi pour regarder Harry Potter V, comme je m’en souviens pas bien, faut que je le relise, mais j’en suis qu’au 3 !!!) et préparer des petites choses comme celles-ci :

totalement personnalisées, inattendues et agréables à offrir tant la réaction est celle espérée (ou presque). J’ai encore quelques bricoles dans mon escarcelle, souhaitons qu’elles reçoivent le même accueil ! Dans la pochette de cette semaine, il y avait, par exemple :

un vibromasseur une mini-lampe lave à paillettes qui varie les couleurs

de quoi faire un gueuleton égoïste café gourmand perso au bureau

un bouquin de recettes pour deux
vachement moins culcul la praline que celui-ci

Et puis autrement, j’en ai profité pour mater quelques bons films, ces dernières semaines, comme l’excellentissime :

Ce Colin Farrell alors, il sait y faire ! Et Ralph Fiennes… mmmhhhh…. l’histoire est vraiment originale, déjantée mais inattendue. De l’humour, un peu d’amour, beaucoup d’amitié, un poil d’honneur, deux poils de noirceur.

Je suis une inconditionnelle de :

et de

Grande fan des acteurs, masculins comme féminins, des histoires, même si un peu rocambolesques, de l’action, des courses poursuites pour l’un et de la torture psychologique pour l’autre. Dans le premier, j’aime la fraicheur des principaux protagonistes, le déroulement de l’histoire et l’apparition de Sutherland. Dans le second, j’aime le jeu des comédiens, la bande originale et les plans à la John Woo (non, les plans, je les aime pas, je les kiffe).

On m’a aussi fait découvrir :

Aïe aïe aïe… une petite pépite que je regarderai à nouveau avec plaisir. Bien sûr, ils en rajoutent sur les effets de super ninjas qui sautent partout, mais l’histoire est si tragiquement jolie, les gestes si rondement chorégraphiés, et les deux jeunes femmes tellement bandantes que l’on ne peut qu’être sous le charme de ce film aux paysages magnifiques.

Le grand truc du moment aussi, c’est la cuisine. Et les jeux vidéos. Pour la première partie, j’exploite toutes mes ressources, aussi bien la newsletter Nestlé (ouais, même pas honte !) que le bouquin acheté en tête de caisse dans les magasins, vous savez, qui parait tous les quinze jours et qui donne tout plein d’idées ? Ben y’a des recettes très bonnes (d’autres beaucoup plus quelconques, voire…). Je vous donnerai deux ou trois tuyaux à l’occasion. Pour le second thème, je crois qu’on a explosé le budget ce mois-ci. Harry Potter pour mon grand, New Super Mario Bros pour tout le monde, Need for speed sur Wii (avec la manette qui va bien) pour moi ( :bounce: ), et pas mal d’autres encore… que du bon, que toute la famille a envie d’essayer, malgré les dures règles qui régissent notre cocon : uniquement le week end et le mercredi (mais ça, ça vaut que pour les enfants hein, parce que je vous laisse deviner qui est devant l’écran de télé en ce moment même… mais non, pas moi, comment je pourrais faire ? pppffff… mon chéri, naturellement… bien plus geek no life que moi, d’ailleurs -oups, je m’égare- )

Mais gageons que lorsque j’aurai fini de décorer mon intérieur comme un Maison et Travaux spécial ‘Bretagne’ mixé avec une touche de « la culture de votre âme passe par les peintures et autres expressions artistiques visuelles » et que mon sèche linge tout nouveau tout beau n’aura plus aucun secret pour moi, je me collerai à l’étude attentive de mes livres de classe… remarquez, mon cours d’anglais de lundi matin va me mettre un coup de pied au cul à lui tout seul : deux fois que je repousse, je vais pas y échapper cette fois-ci. Pis, dans les semaines qui viennent, va y avoir des sorties hautement culturelles, je ne vous dis que ça. Enfin pour le moment, parce qu’après, comme d’habitude, je ne pourrai pas m’empêcher de vous raconter !

Voilà, je crois qu’on est tranquilles pour trois semaines au moins avec tout ces mots alignés par milliers, vous pensez pas ? Peut être qu’il y aura plus de courageux pour commenter ce billet sans intérêt autre que domestique et pseudo-culturel que le précédent, noir et profond comme un puits de goudron… oh, ça va, si je peux plus vous charrier non plus, hein… d’ailleurs, j’avais dit que je copierai Yibus, alors je ne vais pas faillir à mon projet… la question du vendredi sera :

Quelle est votre (ou vos) films-cultes dans la catégorie « film étranger » et /ou « grande production américaine » ?

Roulement de tambour…

Mon impromptu de la semaine

Il fut un temps où Les nuages couraient sur la lune enflammée
Rousse, ronde, irréelle, semblable à mon âme torturée,
Le doute et l’angoisse baignant de leurs miasmes le tiède air
Alors que les ronces coupables s’enfonçaient dans mes chairs.

Aujourd’hui, une mélodie, un regard, un son, un geste équivoque,
Puis c’est toute une réalité qui rejoint une douloureuse époque,
Ere que l’on croit révolue, bannie, sans retour paisible possible
Si ce n’est celui de hanter, cruel pouvoir, mes nuits pénibles.

Les souvenirs, intenses et spectraux, ont été gravés au fer chaud,
Faisant grésiller leurs histoires d’une puissance de feu sur ma peau.
Et malgré une boue inattendue et salvatrice qui coulent sur mes brûlures,
Cette mince couche minérale n’efface pas les profondes boursoufflures.

Ces boules de coton qui glissaient alors sur l’astre incandescent,
Ouate éphémère, petites sphères de bonheur léger, aérien, transparent,
N’ont jamais su masquer son égocentrisme et son appétit démesuré
De cœurs blessés, de confiances mutilées, de corps souillés…

consigne

La (plus vraiment très) brève du vendredi (dont tout le monde se fout (un peu moins ?) mais quand même)

Voilà, c’est tout ce que je peux vous souhaiter, et c’est déjà beaucoup, quand vous faites le point de tout ce qui figure sur ce coeur éthéré, n’est ce pas ? Vous pouvez prendre ce qui vous fait envie (pleiiiiin d’argent), ce que vous aimeriez tester (un petit bébé pour la route ?) ou encore, ce que vous n’arrivez toujours pas à obtenir (Amouuuuuur, Gloiiiiire et Beautééééééé !). Bref : une très bonne année à mes lecteurs ! (et aux autres, seulement s’ils sont gentils).

2009 a été pourrave de chez pourrave… si, si ! Malgré les quelques épisodes de plaisir qui l’ont ponctuée, je n’en garde que des souvenirs pas très glops et que je préfèrerais reléguer au rang de fantômes, mais la réalité me fait dire que ce n’était peut être que des « préparations »… on verra bien. J’attendais donc de 2010 des petites bouffées d’air frais, du bonheur à l’image d’un lac sans vent, fluide, calme et reposé… bullshit. Je viens de perdre mon grand-père. Certes une délivrance pour lui, certes une évidence pour son âge, mais mierda quand même.

Alors maintenant, 2010 a intérêt à assurer, parce que là, faut pas pousser hein ! Je veux obtenir l’examen que je prépare assidûment (depuis hier, hum) et qui se déroulera en juin prochain, je ne veux plus entendre parler du grand méchant loup (jusqu’à ce qu’il subisse une lobotomie en règle), je veux continuer à aménager mon petit nid douillet (mais pas cocoon pour le porte-monnaie, bizarrement), je veux bouger à chaque période de vacances scolaires avec les loupiots pour profiter de la vie, de la famille, de tout quoi !

Donc des projets en pagaille qui ne me laisseront peut être pas le loisir de faire ce que je souhaite sur la toile (surfer pendant des heures, visiter mes copains blogueurs pendant des heures, écrire des articles à la con pendant des heures, facebooker pendant des heures, lui mettre la fièvre pendant, oups, pardon, je m’égare…) sauf que. Sauf que là, après quasiment un mois d’absence, ben ça me manque, tout ça. Alors voilà, je vais certainement changer le format de mes articles : moins segmenter pour mieux raconter. Des petits pêles mêles que je tenterai de ne pas faire trop brouillons pour que ça reste encore lisible, mais qui me prendront certainement moins de temps au final (non je copie pas sur Yibus, pas du tout du tout du tout).

Ca veut dire exit certaines catégories pointues, bienvenue à une ou deux généralistes, tout en conservant des rubriques spécialisées parce que quand même. Chantier à prévoir pendant quelques temps, vous êtes prévenus ! Sinon, j’ai pris grand plaisir à venir vous faire un petit coucou sur vos blogs respectifs, surtout après avoir apprécié votre passage ici depuis la mi-décembre. Merci à tous !