Avoir un piercing, ça fait quoi ?

Ben oui, c’est la question que tout le monde se pose, non ?

Et bien voilà, avoir un piercing, le commun des mortels, et surtout ceux qui n’en ont pas, dira « ça fait rien du tout ». Ben oui, mais non. Avoir un piercing, ça fait toute la différence. Explications.

Avec les enfants…

C’est la curiosité qui prime (sauf avec les miens, pour eux, c’est le dégoût, puis la commisération, top classe, j’élève trop bien mes enfants). Ceux qui te connaissent d’avant te dévisagent et te posent cash la question « bah pourquoi t’as fait ça ? » auquel tu réponds par un « parce que. » sans équivoque et sans oublier le point. Ceux qui te connaissent très bien n’insistent pas, les autres lourdauds ont toujours un petit « ouais bof » ou « haaaan trop beau ! » (bon ok, ceux là sont pas trop lourds encore). Quand un enfant te voit avec un truc en métal au milieu de la figure, enfin, au milieu du milieu de ta figure, bref, je me comprends, ils sont intrigués. Oui, les piercings c’est pas nouveau, oui ça fleurit pas mal sur la mère de famille qui aime faire briller son nez avec, et justement, la plupart du temps (dans ma région toujours), il est sur le nez ou dans le genre madonna. Je suppose donc que c’est l’emplacement qui les surprend. Et en général j’ai droit à un petit sourire.

Avec mes amis…

Extase commune : « tu l’as enfin fait, ça y est ! ». Mes amis quoi.

Avec les gens, adultes (enfin, si on peut dire) que je connais…

Je suis une jeune femme plutôt sociable (bon, ok, énormément sociable), je dois avoir à peu près les 2/3 des parents de l’école dans mon carnet d’adresses et pas mal de conversations étalées sur la journée avec les mêmes parents. Sur les, mettons, trente parents à qui j’ai dit bonjour plus un petit mot dans la foulée, une seule maman m’a fait la remarque. Les autres se contentent de faire comme si de rien n’était, sauf que… le regard ne peut pas lâcher le piercing, et ça, c’est trop drôle ! Regardez moi dans les yeux…

Avec les hommes…

C’est tout autre chose. Le piercing a quelque chose de senxuel (pour reprendre une expression bloguesque vu quelque part), j’en suis sûre , car le regard des hommes, s’il est toujours aussi concupiscent (que voulez-vous, on plait ou on ne plait pas), a ce petit truc en plus que je n’explique pas… m’enfin, c’est pas désagréable hein, juste troublant !

Avec l’administration, les banques, les ronds-de-cuir quoi…

Ben rien de rien, aucun changement ! Le piercing est tellement entré dans les moeurs du commun des mortels que plus personne n’y fait vraiment attention, je crois. Ou alors, ils ont trop peur de valider le concept « piercing = agressif »‘ (si, si, il existe ce concept) (je t’ai dit qu’il existait ce concept… t’as un problème avec ça ?)

Avec tout le reste de la population…

C’est très variable en fait… J’ai eu quelques fois des adolescentes qui aiment bien, que l’on voit intéressées : on les sent curieuses (encore plus quand elles voient que j’ai trois mioches et the big car) et sur le point de me questionner sur le sujet. Sinon, RAS (jusqu’à présent) !

Avec SON homme…

Ca fait que les plaisirs de la bouche sont, comment dire… limités les premiers jours. Et dans les semaines qui suivent, toute activité intense provoque cloque et gêne dans le port du piercing. Il faut avoir vraiment bien cicatrisé pour profiter à fond de tout ce qu’on peut aimer partager avec son partenaire. Sinon, on dirait qu’il ne le voit plus maintenant, c’est un peu  devenu comme mes boucles d’oreille, je crois. Un petit plus qu’on ne remarque pas toujours.

Avec… moi…

Ca fait que je me trouve crobelle ! Ce piercing, j’ai mis des années avant de le faire, tout comme mon tatouage. Je flashe, mais je réfléchis, parce que je ne veux aucun regret. Je fais des essais, je vois de suite ce qui me plait (et en général mon premier flash est le bon) et je laisse mariner. Il me faut en général trois à quatre ans pour faire aboutir un projet qui concerne mon corps (enfin, sauf avec le sexe, c’est quand même beaucoup plus rapide, rassurez-vous !) (que celui qui a dit « trop rapide » vienne prendre sa baffe immédiatement !). Alors quand j’ai sauté le pas, je n’en ai parlé à personne, juste à la mamy qui venait baby-sitter mon petit dernier. Et j’ai fait la surprise à tout le monde. Honnêtement, j’ai eu super mal ! Je me suis demandée ce que je faisais là quand elle m’a percée… puis gros flip parce qu’il est légèrement décalé (on s’en aperçoit pas, il est aligné mais avec certains élément du visage -n’empêche qui j’y pense souvent- je suis la seule à ne voir que ça). Et puis, la première semaine, j’ai cru que j’allais l’enlever tellement c’était difficile à supporter… les dents qui se prennent dedans, la position du dodo qui se modifie, les douleurs quand la tige (trop longue le premier mois) cogne contre les gencives, les aliments que l’on ne peut plus consommer comme on veut, le truc dégueu qui sort de la plaie, bref…

Avec… la bouffe !

C’est HO-RRI-BLE ! Les premiers jours sont une vraie torture ! Comme la tige est démesurément longue (pour que la cicatrisation se fasse plus aisément) on se prend les dents dedans (littéralement hein !) et on peut pas manger ce qu’on veut ! Ok, c’est sympa pour le régime, parce que niveau des fourchettes, c’est plus des pelletées que tu t’enfournes, tu peux plus ! Mais quand on veut croquer dans la pomme, vaut mieux l’avoir découpée en quartiers avant, conseil d’amie… Sinon, se pose la question du hamburger. Plume m’en avait parlé. C’est sûr que le piercing, question classe pour manger un hamburger les premiers temps, c’est pas vraiment ça. Déjà quand on mange un hamburger, il est difficile d’être au top de sa séduction, mais quand tu as un piercing que tu as déjà bien du mal à gérer dans le quotidien, c’est carrément la cata… que dire des dents, oui, encore elles, qui se prennent à moitié dans le pain du sandwich, à moitié dans la tige… que dire de la sauce qui te dégouline sur le menton invariablement parce que tu manques de latitude tant que la cicatrisation n’est pas terminée… que dire des grimaces que tu es obligée de faire quand tu t’apprêtes à enfourner une bouchée du fameux sandwich…?

Pour résumer, c’est que du bonheur, un piercing, mais seulement au bout d’une quinzaine de jours pour les désagréments et d’un mois pour l’esthétique !

18 réponses sur “Avoir un piercing, ça fait quoi ?”

  1. je dirais même plus, l’épisode du hamburger est digne de Stephen King…
    M’enfin, la seule question qui m’intéresse est le « pourquoi ? » et comme tu as déjà répondu fermement. Avec un point. Eh bien, voilà.

  2. Héhé je t’avais bien dit pour le burger !

    Par contre moi je n’ai aucun pb de cicatrisation, rien de dégoutant et aucune douleur (à part les qq accidents de dents :p).

    J’ai souri, les enfants aussi me posent souvent la question (quand je bossais en école maternelle c’était la sempiternelle question. Ils la posent en tendant leur petit doigt pour toucher !)

    Contente de voir que tu t’y es bien accoutumée et que tu ne regrettes pas 🙂

  3. Comment ça je ne le vois plus ? Il est devenu une partie de toi, ce qui ne veut pas dire qu’il ne se remarque pas, juste que mon regard ne focalise pas dessus. T’inquiète, si tu changes de modèle, je le remarquerai aussi facilement qu’un changement de coiffure…
    Sinon je confirme que les premiers jours sont rudes, quelques part entre la compassion au sens strict et le « tous aux abris » (ça va mon amour ? ça fait toujours mal ? tu crois que si tu essayais/mettais/mangeais comme ci/comme ça, ce serait mieux ? non ? et si tu rangeais cette massue ?) mais que ça passe vite et que le rendu est fort joli (et aussi asymétrique que n’importe quel visage, miss éternelle insatisfaite)…

  4. Très très bon billet je trouve…
    Mais qu’est ce que cela donne avec les gangsters sans scrupules qui braquent les milliardaires mexicains dans la pampa en s’enfuyant ensuite sur des chevaux sauvages, ventre à terre, dans un nuage de poussière d’or ?

  5. j’ai réfléchi à mon com d’hier … oui je réfléchis toujours après moi , je sais pourquoi ça ne me tente pas , j’ai déjà 3 grains de beauté sur le visage, j’envisage (tiens drôle de mot) de les faire enlever depuis longtemps mais la dermato à l’époque m’avait dit « plus tard pour l’instant vous n’avez pas assez de rides pour cacher la cicatrice ». Je crois que mon heure est arrivée !!!

  6. Sur la langue, je dois dire, ça ne m’ jamais trop tenté… Je l’ai fait au nombril, ça s’est infecté, je suis tombée enceinte, je l’ai retiré et il s’est rebouché…

    1. sur la langue ? ben moi non plus ! en plus, il parait que ça fait hyper mal et honnêtement, c’est comme mon tatoo, je l’ai fait avant tout pour moi, alors pas de dos ou autre chose, il fallait que je le voie ! et ben là c’est pareil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *