D’où je blogue…

Il est vieux ce billet ! Son premier enregistrement date du… 7 octobre 2009.

Et doit y en avoir encore six ou sept, comme ça, en friche.

Du grain à moudre quoi !

Bref, revenons au sujet si bien repris dans le titre de cet article.

Je rebondis sur un tag qui a sévi à l’époque et que j’avais trouvé sympa (je ne sais même plus si on m’avait refilé le bébé ou non d’ailleurs (mais je sais qu’on m’en a refilé un ou deux autres depuis, je ne les oublie pas, vous inquiétez pas !), seulement, j’avais quand même pris quelques clichés de mon bureau, juste après l’installation du nouveau plan de travail (pas folle la guêpe, pourquoi vous montrez du vieux pas beau pas rangé, quand on peut se la péter avec du tout neuf encore vierge de toute incursion plumesque ? mmmhhh ?)

Et pour répondre à cette sibylline question que vous avez pu déchiffrer sur vos agrégateurs (ou pas), voici les images (avec commentaires du réalisateur) :

Voilà mon coin bureau ! Et il est A MOI. Ok, je le prête, des fois. Mais que quand j’ai envie, na. Petit coin perso piqué dans la pièce à vivre, comme ça, on est pas coupé du monde (autrement que par l’espace virtuel qui vous accapare, évidemment) et puis, l’ordi profite à tous, tant pour le net accessible rapidement que pour la musique toujours dispo en un clic que pour les coloriages à imprimer illico presto pour les despotes qui me servent d’enfants.

Petit passage en revue : oui, je suis entourée de CD et de DVD. On a les loisirs qu’on peut ! (et encore, les films ne sont pas légion sur la platine, même si les séries défilent un peu plus souvent). Oui, j’ai des dessins, de fêtes des mères (ou non), des créations artistiques magnifiques, des photophores halloween maison, une chouette et une tiare de princesse (qui a une longue histoire, mais ce sera pour plus tard). J’ai aussi des puzzles, une belle webcam (on se calme), une zoulie boite à mouchoirs bleue, un panier à télécommande et un canapé rouge (pour le moment). Vous pouvez également admirer un gode qui n’en est pas un (j’en ai parlé dans un autre billet, c’est y quoi ce truc ?), une imprimante, un stylo 4 couleurs,  une boite de chocolat, une vieille photo, quelques livres, une boite avec mon argenterie de baptême dedans (oui, athée et baptisée, atypique je vous dis).

Suite de la visite.

Oh la la, c’est comme vous faire entrer dans mon intimité… non, en fait, pas vraiment, mais c’est pas grave, vous m’avez comprise (non ?). Encore des DVD (hé oui !), une autre imprimante (en fait j’en fais la collection), d’autres stylos (là c’est parce que pour en avoir un qui marche… alors autant multiplier les chances), un bureau tout blanc tout neuf (gros coup de coeur à l’achat, sans aucun regret !), un disque dur débranché, un tabouret noir (c’est noir) et d’autres choses qu’on ne voit pas encore.

Vous voyez, c’est là que je m’assieds chaque jour pour faire une tite virée sur le net, commenter de temps à autre certains blogs, répondre (difficilement, manque de temps pour me concentrer sur un long discours) à mes mails, regarder des vidéos cochonnes, chercher de la zic sur youtube, entretenir des conversations par écran interposé, me lamenter sur ma lenteur à reprendre les cours en main, faire ma liste de courses, mes comptes (oui, on s’amuse pas tous les jours chez moi, faut pas croire !)…

Tiens, en parlant des cours, je vous présente mon classeur de travail, à gauche, et mes livres de réflexion, à droite, presque au sol (en l’occurrence, méthodologie pour les devoirs de français, ouch). Au milieu, vous pouvez apercevoir mon carton fourre-tout (comprendre le plus chaud des hot spot de la région, je suis sûre que je peux y accumuler un an de paperasse à ranger) et sous ma souris, un exemplaire du livre que l’on a offert à mon grand-père, mes cousins-cousines et moi, pour un noël il y a quelques années. Mais pas n’importe quel livre, non. Le sien. J’ai recueilli l’ensemble de son oeuvre poétique du moment pour la mettre en page et la confier à une imprimerie. Il était heureux et ému aux larmes. J’en garde un souvenir tout près de moi, maintenant qu’il nous a quittés.

Je suis sûre que ma chouette qui couve son seau à champagne Mumm n’a pas échappé à votre oeil de lynx, n’est ce pas ? (en même temps, si vous êtes tous à vous partager un seul oeil, peut être que si…). Cette chouette a une histoire, elle aussi. C’est un des vestiges de l’anniversaire Harry Potter que j’ai organisé pour les sept ans de mon grand… beau (et agréable)  souvenir. La tiare qu’elle arbore fièrement a son histoire, elle aussi. Elle m’a été offerte par Yo mon lapin lors de l’une de nos sorties mickéennes. Je l’ai portée fièrement toute la journée sur place, ne récoltant que regards féminins envieux et oeillades masculines grivoises. Je lui ai donné une seconde vie lorsque j’ai organisé les neuf de mon grand sur le thème de Mario et Luigi. Je vous lance LA devinette du mois : en quoi étais-je déguisée cette fois-ci (parce que faut savoir que les anniversaires, chez nous, c’est la fiesta : fête à thème, jeux et scenario ad hoc, déguisements de mise) (pour info, pour Harry Potter, j’étais en Mc Gonagall, excellent !) ?

A gauche, mon second s’est lâché dans la création d’un tableau d’indien, je le trouve magnifique (même si la petite squaw a disparu) et sur la droite, vous avez la photo de ma Nonna dans son temps de midinette… Au premier plan, les premières fleurs que j’ai offertes à Yo, à l’époque prof’ de culture administrative, déposées dans un vase sur la table basse de son salon de la salle de cours principale juste avant de reprendre mon train…

Il y a quand même un détail que vous ne connaissez pas encore… savez-vous que les réhausseurs de mon clavier se sont cassés il y a quelques mois ? Non ? Ben maintenant si ! Et idéalement au même moment, une amie m’a offert ce joli caillou, lequel fait partie de mes cadeaux préférés, qui restent près de moi… Il est alors devenu le soutien de mon clavier, et par la même celui de mes idées et de mes mots… merci Homéo !

Pour finir…

Voici ce que j’ai sous les yeux quand je suis devant l’écran. Mes petits MissTigri (je suis fan) au mur, et une oeuvre absolument craquante  posée sur le piano, repérée au marché de noël de Montbéliard (ma ville natale) alors que l’artiste est des pyrénées orientales (drôlement plus proche de chez moi en fait) ! Mon beau piano chéri, un photophore orange (non, je n’aime pas la couleur orange, vous l’aurez remarqué), un métronome… et d’autres choses qui n’apparaissent pas là, comme tout le reste de la pièce, car de ma position, on voit tous les recoins et ça, c’est top ! 😉

J’espère que vous avez profité du voyage et que certains se laisseront tentés par l’idée, comme mon futur, ma cop’s, mon amant virtuel ou encore, mon prétendant… A moins qu’une ancienne, une plus récente ou une toute nouvelle dans les parages ne s’y colle. A vous de voir !

(je me rends compte que je prends beaucoup de photos pour vous raconter des histoires, vous donner des nouvelles, vous faire partager mes petites joies, mon quotidien palpitant… je prends jamais le temps de les mettre en billets… mais si ça vous dit d’en être les lecteurs, je ferai le nécessaire !)

20 réponses sur “D’où je blogue…”

  1. Je vais m’y coller. Question cependant ; je photographie seulement le bureau d’où je blogue ou aussi celui d’où j’écris (et d’où j’ai blogué une fois) ? Parce que, hein, les règles, si on les respecte pas, tout va à vélo.

  2. j’ai pris les photos ce matin, je les mets sur mon blog dès que …..euh………. dès que j’ai le temps !
    Dis il est beau ton caillou 😉
    enfin toi ton bureau il est rangé , tu vas voir le mien !!!

    1. oué, il est beau, c’est mon caillou-chouchou… (il est rangé parce que tout juste installé… aujourd’hui, je te fais même pas la liste de ce qu’il y a dessus !)

  3. Promis je vais m’y mettre, mais je vais faire plein de photo alors, l’endroit où je dessine, celui où je scanne, celui où je calque, celui où je pense a toi…

  4. Petit mot qui n’a rien à voir, pour les fesses de qui vous savez, dans les vielles publications, il y a quelques clichés. Sinon, j’espère bientôt en poster un chez moi, mais faut le convaincre pour les chaussettes rouges, ça va être coton.
    B

  5. Tu es plutôt bien installée dis-donc! Deux ans après, c’est toujours comme ça??
    Si tu veux savoir d’où je blogue, eh bien, il faudra te déplacer! 🙂

  6. Ha ben non ! Fourvoyage ! Il est réapparu. Ton message. Il s’était d’abord introduit dans ma boîte aux lettres, puis, sur mon blog, il avait pris la poudre d’escampette, et s’est finalement décidé à repousser la chansonnette. Alouette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *