Quand Chulie m'inspire…

J’ai aimé ce tag qui n’en est pas un, mais plutôt un flash bien tourné comme il faut sur ma petite personne… j’espère que vous serez au rendez-vous à votre tour !

Date de l’analyse : courant avril 2010.

Vous ?

…allez et venez au rythme de la publication des articles et suivant leur degré d’intérêt à vos yeux. Il fut un  temps où ne pas avoir mes visiteurs quotidiens me minait, durant lequel ne pas lire mes commentateurs habituels me faisait me poser moult questions. Ce temps est révolu. Bienvenue aux nouveaux, grand coucou aux lecteurs silencieux et franche tape virile dans le dos aux habitués (non Ros’, n’insiste pas pour avoir un smack). Après tout, on est là pour se changer les idées/se divertir/prendre des nouvelles/partager nos humeurs et/ou coups de coeur, non ? Alors pas de prise de tête…

Moi ?

Je suis toujours trois personnes et une même à la fois. Je n’arrive pas à sortir de mes personnalités multiples et elles me le rendent bien. Parfois c’est doux, chaud, ça fait du bien, de temps à autre c’est piquant, acide et ça fait mal, ou d’autres fois, c’est carrément les deux à la fois. Je m’émerveille tous les jours des capacités de mon entourage à me supporter. Merci à eux. Et sinon, je suis une maman vraiment comblée, ça vous le saviez déjà, une étudiante carrément à la ramasse et qui va rempiler une année, ça c’est plié, une future bourreau d’enfants pour gagner sa croûte, ça c’est une certitude, un embryon présomptueux d’écrivain qui aimerait vraiment en faire son métier-passion. Je suis une personne qui aimerait avoir un peu moins mal, là, tout au fond. Un peu de répit quoi, ce serait pas de refus. Et sinon, j’aime beaucoup ma  vie d’aujourd’hui. Libre, remplie d’amour et de projets.

Lui ?

My precious. Mon ami, mon amant, mon compagnon de route. Une rencontre complètement inattendue qui a bouleversé ma vie et la sienne. Une reconnaissance mutuelle qui se consolide de jour en jour. Un projet de vie qui se bâtit sur des fondations exceptionnellement saines. Un homme qui sait écouter, tout le monde et tout le temps, qui sait m’accepter telle que je suis aujourd’hui, qui sait communiquer avec moi pour encore mieux en profiter de moi, de nous. De l’amour.

PetitCoeur ?

PetitsCoeurs, en fait. L’essence de ma vie, bien entendu. Mon carburant, mon or et ma couvée à la fois. Ils ont réveillé de nombreux instincts, sans même le savoir. J’étais femme avant de les avoir, je suis devenue une femme accomplie avec leurs naissances respectives, arrivées à des moments de ma vie très différents les uns des autres. Ils m’apprennent tous les jours sur ce qu’est la vie, l’amour, la maternité, le respect, le dialogue. Ils sont tous un morceau de moi. Ils portent en eux mon amour viscéral et sans limite. Mes trois soleils.

Ils sont aussi la cause régulière de mon épuisement intégral, de mes frustrations les plus vives, de mes angoisses les plus démesurées. Mais pour savourer du très bon, le moins bon doit être à la hauteur lui aussi.

Elles ?

… se comptent sur les doigts d’une main, pour les plus proches. Les copines n’auraient pas assez de tous les doigts pour être énumérées, même en incluant les pieds.

Les premières sont extrêmement différentes les unes des autres. La number one est comme ma soeur. Elles sont toutes mes amies parce qu’elles me supportent, dans tous les sens du terme, et que je le leur rends bien. Elles sont mes amies parce qu’elles ont toutes ce petit quelque chose qui font d’elles des femmes précieuses et belles, dans le sens très large du terme.

Les copines sont pour beaucoup mamans, mais aussi rigolotes, bavardes et disponibles. J’aime me changer les idées avec elles, et échanger sur tout et n’importe quoi, refaire le monde, délirer…

Elle ?

ne fait plus partie de ma vie depuis bien longtemps, même si on s’entrevoit et échange quelques mots tous les trois ans. Aux dernières nouvelles, elle se demande toujours ce qu’elle a bien pu faire pour « que je me comporte comme ça avec elle ». L’indifférence pour une partie de sa progéniture et son abandon tout en vivant sous le même toit doivent s’oublier bien vite… je ne lui en veux pas, cela m’a permis de créer des liens très étroits et importants avec mes trois frères que j’ai élevés. Simplement, je n’ai ni affinités, ni tendresse pour elle. Et aujourd’hui, je ne veux pas de ce qu’elle souhaiterait m’offrir ou obtenir de moi. Il faut savoir se préserver.

Quoi ?

Une reprise en main assez sévère de ma vie et de mon vague à l’âme, parce que ça peut plus durer. Et sinon, ma prochaine sortie en amoureux… qui durera trois jours en Espagne à l’occasion d’un mariage.

Quel gâteau ?

Le mille-feuilles et son glaçage de la mort qui tue… ou la religieuse au café croquée à la goulue… ou un mont-blanc que je n’ai encore jamais goûté à mon grand dam, férue de marrons glacés que je suis… ou la pralinoise que je fais si bien (si, si !)

Rutabaga ?

Bonne question.

A faire ?

Les papiers et factures.

Un extrait de concerto de Mozart au piano.

Le déjeuner d’aujourd’hui.

Un ou deux cours d’anglais ? histoire ? géo ? français ?

Le linge à plier.

Un RV à l’inspection académique du département pour batailler contre la fermeture de classe de l’école de mes grands.

Et vous ?

Ma drogue du moment…

Oui, je sais… mais j’y peux rien, c’est plus fort que moi. Faut bien avoir un défaut non ! Non ? Ben si ! Et j’assume !

Et le pire, c’est que j’ai contaminé mes enfants… mais bien contaminé hein, du genre le grand qui demande à regarder les clips ou le second qui danse et chante à chaque fois qu’il l’entend ou le dernier, qui gesticule tant qu’il peut quand la musique joue… et que  Mackeule (dixit) entre en scène.