Je viens d'aller voir…

Papa ou Maman, de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière

Voilà, j’ai sauté le pas, j’ai pris un abonnement chez Pathé Gaumont. Bon, petit l’abonnement, parce que dans nos agendas de ministres, difficile de caser un ciné en duo régulier. Ah oui, je ne vous ai pas dit ? La carte et le ciné, en ce moment, c’est en amoureux. Na. Non mais. Donc, petite carte à exploiter et nous avons démarré par « Papa ou Maman », sans savoir de quoi ça parlait. J’ai lu sur un blog que l’humour grinçant du scénario était rafraîchissant, ni une ni deux, j’ai sauté sur l’après-midi du vendredi suivant pour nous aménager un créneau de trois heures et nous enfermer dans une salle obscure en toute intimité.

En bref : Le couple est à plat, donc on décide de se séparer, mais en bons termes, car nous avons beaucoup de respect pour l’autre et surtout, la bienveillance règne. En une phrase, voici le topo de départ. Mais tout s’accélère bien vite, car des opportunités professionnelles vont pousser les deux adultes à faire preuve d’ingéniosité pour que leur progéniture aille avec… l’autre. Aucun ne veut se priver d’une potentielle avancée de carrière, donc ce sera à qui aura l’idée la plus… efficace ? Pour arriver à ses fins. Attention, humour plus que grinçant en effet et surtout, pas de premier degré, vous risqueriez de ressortir déçus, comme ce couple d’amis à qui nous avons chaudement recommandé le film et qui s’attendaient à… ben je ne sais pas trop à quoi, mais pas à ça !

Le plus : J’ai ri pendant toute la durée du film, sans m’arrêter. Alors oui, je devais être spécialement dans le mood, mais j’avoue que les mises en scène et le jeu des acteurs ont totalement fonctionné sur moi, ainsi que sur Yo, ai-je appris au débriefing. Si parfois Laurent Laffite est un peu « absent », Marina Foïs est (comme toujours ?) très juste. Les enfants, de parfaits stéréotypes d’aujourd’hui, sont dépeints d’une telle façon qu’on ne se soucie que très peu de leur bien-être, me suis-je aperçue ultérieurement (et je parle en style pompeux si je veux). Bref, un scénario sympa bien exploité et avec des acteurs qui tiennent la route !

Le moins : Les petites absences de Laurent Laffite, la possibilité, en effet, de ne pas être sensible au genre d’humour exploré ici, car il est quand même particulier, il faut bien l’avouer, mais la mère poule que je suis ne s’en est pas offusquée le moins du monde. Je suis allée voir une comédie qui ne se prend pas au sérieux et c’est bien ce que j’ai regardé. Allez, parce qu’il faut dire quelque chose, la scène finale ? Prévisible à un millier, voire un milliard de kilomètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *