Je viens de lire…

Dans le secret des maîtres du monde, de Christian Malard

Abonnée depuis des années à un célèbre magazine qui fait réfléchir sur soi, cet ouvrage y a été encensé et c’est donc avec empressement que je l’ai  déposé dans ma liste d’envies littéraires Amazon (pardon à mes libraires préférés). Vu son petit prix, il a fait partie d’une commande d’autres articles, parce que j’avais vraiment envie de creuser ces témoignages qui m’intriguaient énormément.

En bref : Le grand journaliste, Christian Malard (qui vient de la même région que moi !), à la carrière guidée par ses très bonnes relations diplomatiques, tantôt dues au hasard, tantôt relevant d’une capacité à analyser les situations pour en tirer le meilleur parti, a décidé de mettre en lumière certaines anecdotes vécues lors de ses nombreux déplacements à l’étranger, pour interviewer Chefs et Secrétaires d’Etat, Premiers Ministres et Rois, sur tous les continents.

Le plus : De la simplicité dans ce récit rythmé par les rencontres des représentants des différentes nation visitées. Quelques détails croustillants, d’autres amusants, la plupart confirmant les intuitions que l’on pouvait déjà avoir sur les personnages interrogés par Christian Malard. Une très bonne connaissance du Moyen-Orient permet à ce dernier de créer certains liens entre des évènements allant des années 80 à 2000. La lecture entière de ce livre ouvre les yeux sur pas mal de points d’actualité et rappelle combien l’Histoire d’aujourd’hui a commencé sa construction hier. La fin (les derniers rapports d’interviews) m’a passionnée.

Le moins : Un style vraiment très simple, trop simple, même pour un journaliste (ça vaaaa, je plaisaaaaaante). J’ai dû m’accrocher au début, car c’était plat et sans envergure. Mais je n’aime pas l’idée de refermer un livre sans lui avoir donné totalement sa chance et j’ai très bien fait. Christian Malard a fini par m’embarquer au milieu du livre, avec des témoignages qui se rapportent plus directement à des moments cruciaux de notre Histoire mondiale. Parfois, ses prises de position m’ont un peu dérangée (même si j’ai pu partager son point de vue pour certains passages), mais il m’a fallu me souvenir que c’était un livre, SON livre, et non un article de journal, qui se voudrait neutre et impartial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *