Impromptu de la semaine : L'inventaire farfelu

Farfelu, farfelu… comme vous y allez. Toqué tant qu’on y est ? Est-ce ma faute, à moi, si j’aime :

Les pois, les poissons, volants, rouges et exotiques, amorphes ou extatiques
Réveiller les morts, les vieux démons, les consciences, les papilles, les sens et les esprits
Les voiles, actées en théâtre, frivoles en fenêtre, du grand large
Amuser la galerie, mon chat, l’autre, mon prochain, l’assistance
Le goût des choses, des autres, des merveilles et de la vie
Plonger dans l’eau, céans, dans son regard, dans le noir, la piscine, les abimes, l’inconnu
Les sciences, physiques, imaginaires, humaines, politiques et, redondance, occultes
Me rouler dans l’herbe, dans la farine, dans la boue et rouler dans les flaques
Les appétits d’ogre, gargantuesques et insatiables, de tout, de rien, de ces petites choses décidément grandes et qui ne sont que peu de choses, faites de petits riens
Savourer le thé, l’instant, le fumet, les belles personnes, les victoires
La nuit, le jour, le soleil, la lune, l’astre et l’étoile, le dragon et l’Histoire
Aligner les mots, les faire tinter comme du cristal, résonnance sur raisonnement, alcôve de secrets éphémères jetés en pâture et en lecture
La torture de l’amour, les crampes de l’affection, les douleurs de l’attachement, toi
Rêver, songer, espérer, entrevoir, méditer, penser, fantasmer, me projeter
Le vent sur ma peau, l’air dans tes cheveux, la brise contre mon sein, un souffle sur ma nuque
Vivre, mille vies, mille morts, mille expériences, mille revers, mille réussites, mille émotions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *