La vie est étrange

Découvrir une artiste et apprendre son décès en l’espace de quelques semaines, qui se compteraient sur les doigts d’une seule main, ça laisse une drôle de sensation.

Egocentrique, la sensation, dans un premier temps : « je ne la verrai pas à Pézenas en septembre », « elle avait… 5 ans de moins que moi ? », « je ne connaîtrai jamais les textes qu’elle avait déjà en tête »… Puis moins tourné sur moi : « c’est beau de mourir en plein coeur de sa passion », « des pensées pour ses proches », « la vie c’est mal foutu, des fois… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *